retour accueil WebDoc retour rubrique Fonds numériques

fiche détaillée du mémoire

Auteur
Morand Nicolas
Titre
Un législateur antisémite au service du Maréchal. Tribune de Xavier Vallat en haute Cour de Justice de la Libération
Directeur 
Benoit Bruno-Vergnon Gilles
Diplôme
Mémoire de séminaire, à l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon
Année universitaire 2012-2013
Séminaire
Histoire politique des 19e et 20e siècles
Pages
100
Mots clés de l'auteur Épuration, Antisémitisme, Législation antisémite, Maréchalisme, Pétainisme, Extrême droite, Collaboration, Vichy, Commissariat Général aux Questions Juives, Radio Journal de France, Haute Cour de Justice de la Libération
Résumé

Peut-on être un gentleman collaborateur ? Un législateur antisémite bienveillant ? Donner cette image, c'est la pari qu'a fait Xavier Vallat lors de son procès en Haute Cours de Justice de la Libération du 2 au 11 décembre 1947. Jugé pour ses activités au sein du gouvernement de Vichy durant la période de la collaboration française, Xavier Vallat emploie une stratégie inédite : il défend en bloc l'ensemble de son action durant ces quatre années. Il annonce qu'il ne développera pas la thèse du « double-jeu », il est convaincu du bien fondé de la participation à un régime dirigé par la Maréchal Pétain, sauveur de la France.

Secrétaire général aux anciens combattants de juillet 1940 à mars 1941, il est surtout le premier Commissaire général aux questions juives de 1941 à 1942. Xavier Vallat est donc le symbole de la politique antisémite du Régime de Vichy pour de nombreux résistants et juifs. L'enjeu de ce procès : condamner la politique menée par un gouvernement qui a collaboré avec l'entreprise allemande d'extermination de la population juive européenne. Il s'agit donc d'étudier la façon dont l'antisémitisme d’État a été traité et jugé par la Haute Cour, face à un accusé qui ne démord pas de son antisémitisme en 1947, et tente encore de convaincre du bien fondé de la réduction de « l'influence juive » dans la société française.

Procès politique, mené dans le cadre de l'épuration française, il y est question de trahison, de collaboration avec les forces occupantes allemandes. Durant l'été 1944, alors que la victoire des Alliés semble acquise, Xavier Vallat remplace au micro de la Radio nationale son ami Philippe Henriot, assassiné le 28 juin 1944. Il poursuit dans ses éditoriaux la propagande du régime de Vichy. Pour ses propos sur les forces alliées et la Résistance, Xavier Vallat risque la peine de mort.

Pourtant Xavier Vallat s'en sort avec une condamnation à dix ans de détention et à l'indignité nationale : Ce mémoire cherche à montrer les éléments d'explication d'une peine clémente, voir « intolérable » dans l'esprit des israélites qui considèrent Xavier Vallat comme le « pourvoyeur des camps de la mort ».

 

Document 

Ce mémoire est consultable à la bibliothèque.

Ce mémoire est disponible en ligne. Vous pouvez le consulter :
  • mémoire en texte intégral version html
  • mémoire en texte intégral version pdf (à télécharger)
    Les mémoires en ligne sont publiés par le Service de Documentation de l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon. Le mémoire est un document protégé par le droit d'auteur ; pour toute utilisation sortant du cadre légal des exceptions au régime du droit d'auteur, l'autorisation de l'auteur du mémoire doit être demandée.
  •  

     


    Université de Lyon     Les documents de ce site web sont publiés par la Bibliothèque de Sciences Po Lyon.
    © Institut d'Etudes Politiques de Lyon
    Région Rhône-Alpes
    contact

    Page de Bienvenue IEP

    plan du site WebDoc
    http://doc.sciencespo-lyon.fr/Ressources/Documents/Etudiants/detail-memoire.html?ID=3282