retour accueil WebDoc retour rubrique Fonds numériques

fiche détaillée du mémoire

Auteur
Gay Auréline
Titre
La restitution des biens culturels à leur pays d'origine. Un débat au carrefour entre le droit, la politique et la morale
Directeur 
Papaefthymiou Sophie
Diplôme
Mémoire de séminaire, à l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon
Année universitaire 2012-2013
Séminaire
Droit, politique et morale
Pages
128
Mots clés de l'auteur restitution, objets culturels, œuvres d'art volées, musées universels, convention unidroit, marbres du Parthénon, pierre de Rosette
Résumé

Depuis l’Antiquité, les pillages d’oeuvre d’art qui ont eu pour effet de faire circuler ces œuvres dans le monde entier sont à l’origine de presque tous les grands musées occidentaux et surtout des trésors de collections qu’on peut trouver dans ces musées. Tous les musées occidentaux possèdent des oeuvres volées ou du moins acquises dans des conditions douteuses. Le Louvre, par exemple, est riche d'antiquités égyptiennes tout comme le British Museum garde d'importants fragments du Parthénon. Aujourd'hui, les pays spoliés réclament leurs trésors et ces revendications sont de plus en plus nombreuses et véhémentes. Ainsi, la Grèce réclame à juste titre les fresques du Parthenon au British Museum ou encore la Venus de Milo au Louvre. L’Egypte réclame la pierre de Rosette au British Museum, des fragments de fresques pharaoniques au Louvre ainsi que le buste de Nefertiti au Neues Museum de Berlin. Les pays émergents eux-aussi sont de plus en plus virulents en matière de revendication de leurs trésors culturels. Aujourd'hui la chine tente de récupérer ses manuscrits volés et ses pièces de musée qui sont aujourd’hui dispersées dans le monde entier. Le Nigeria a sollicité le British Museum. Le Pérou veut récupérer des oeuvres provenant de la cité inca de Machu Picchu etc.. La liste s'allonge au fur et à mesure que les nouveaux pays en voie de développement redécouvrent leur patrimoine et en font un critère de leur renaissance. La bataille des restitutions d’objets culturels à leur pays d'origine ne fait que commencer.
Les questions que l’on peut se poser sont alors les suivantes : est-il temps pour que ces biens culturels déracinés de leur contexte socio-culturel initial soient rendus aux pays qui les ont produits et aux peuples auxquels ils appartiennent ? L’âge des réparations est-il arrivé ? Faut-il restituer les œuvres d’art volées à leur pays d’origine ? Faut-il toutes les rendre ou seulement quelques oeuvres «clés» ? Ou est-ce que le temps passé, des siècles parfois, aurait contribué à effacer les dettes des pays spoliateurs ? Que dit le droit à ce sujet ?
Plus important, ce mémoire s’intéresse à la question fondamentale : Qui est en définitif le légitime héritier d’une oeuvre d’art ? A qui appartient l’art ? est ce que l'art appartient à un pays ou est-il universel ?

 

Document 

Ce mémoire est consultable à la bibliothèque.

Ce mémoire est disponible en ligne. Vous pouvez le consulter :
  • mémoire en texte intégral version html
  • mémoire en texte intégral version pdf (à télécharger)
    Les mémoires en ligne sont publiés par le Service de Documentation de l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon. Le mémoire est un document protégé par le droit d'auteur ; pour toute utilisation sortant du cadre légal des exceptions au régime du droit d'auteur, l'autorisation de l'auteur du mémoire doit être demandée.
  •  

     


    Université de Lyon     Les documents de ce site web sont publiés par la Bibliothèque de Sciences Po Lyon.
    © Institut d'Etudes Politiques de Lyon
    Région Rhône-Alpes
    contact

    Page de Bienvenue IEP

    plan du site WebDoc
    http://doc.sciencespo-lyon.fr/Ressources/Documents/Etudiants/detail-memoire.html?ID=3254