Aldwyn Ley Hamilton

Université Lumière Lyon II

Institut d'Etudes Politiques

Mémoire de D.E.A.

Le Dialogue Transatlantique sur l'Environnement (TAED)

Une analyse des relations ONG-gouvernement et de son influence sur le processus décisionnel

Directeurs de mémoire : Patrick Lecomte et Gilles Pollet

Mémoire soutenu le 8 septembre 2000

Membres du Jury : Patrick Lecomte, Gilles Pollet, Jacques Michel


Remerciements

      Je voudrais ici remercier toute l'équipe du D.E.A. à l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon qui a contribué à mon apprentissage sur les sujets abordés dans cette étude. En particulier, je remercie mes deux directeurs, Patrick Lecomte et Gilles Pollet, pour m'avoir encadré.

      Je dois également exprimer mes remerciements à l'équipe de RONGEAD (Réseau des ONG européennes sur les questions de l'agro-alimentaires, de l'environnement, du commerce et du développement) - à Rose-Marie DiDonato pour m'avoir lu, à Meredyth Bowler-Ailloud qui m'a suggéré l'idée d'étudier le TAED comme sujet de mémoire et à Corinne Lombardi pour m'avoir rassemblé tous les emails reçus par RONGEAD qui étaient associé au TAED. Je vous remercie énormément pour une année d'apprentissage et d'amitié avec vous.

      Je tiens aussi à remercier toutes les ONG et responsables gouvernementales impliqués dans le TAED pour avoir parlé avec moi et partagé des documents et pour m'avoir accueilli à la réunion du TAED en mai 2000 comme assistante à la conférence.

      Je suis reconnaissante à mon père, David Hamilton, pour avoir payer l'imprimerie des exemplaires et pour l'ordinateur sur lequel j'ai tapé ce texte qui a été un très joli cadeau de Noël.

      Je veux y exprimer mon admiration aussi pour ma mère, Ellen Hamilton, pour ces efforts de toujours travailler pour le bien des autres. Elle est une inspiration pour cette étude et pour tous que j'espère faire pour l'amélioration des vies des gens et pour l'environnement. Je la remercie pour son influence dans ma vie et pour les deux semaines qu'elle a passé avec moi en Europe pour me distraire pendant un été de travail.

      Je salue aussi mon frère, Thomas Hamilton, un acteur, qui promet de faire de la bonne presse pour moi et mes convictions quand il sera célèbre un jour.

      Finalement, merci à toutes les personnes avec lequel j'ai passé du temps en France pour avoir rendu ce séjour si agréable.

      Je dédie ce mémoire à ma future soeur, Elizabeth Ley Hamilton, qui nous joindra en novembre 2000 et à ma grand-mère, Helen Glasser, qui m'a encouragé de faire mon graduate degree en France et qui m'a aussi encouragé de revenir, de come home, après.


[Suivant]